"Komm zur Ruhr", l'hymne officiel

Publié le par Sébastien Martineau

Un collègue journaliste me faisait part la semaine dernière des réactions qu'il avait rencontrées lorsqu'il avait proposé aux médias français un sujet sur « Ruhr 2010 ». En gros : « La Capitale européenne, ça se passe tous les ans. En quoi ça peut être intéressant ? »

Bien sûr, proximité oblige, les médias allemands ne sont pas du même avis. Les journalistes étaient très nombreux samedi soir à Essen et la fameuse tour métallique du puits numéro 12 a fait la Une de la plupart des grands journaux nationaux, à commencer par la Süddeutsche Zeitung.

Pour des raisons d'alternance, l’Allemagne n’a pas eu de Capitale de la culture depuis 1999, à Weimar (en France, il faut remonter à Lille 2004). Mais pour la Ruhr, celle-ci prend une dimension tout à fait particulière, tant la région a à cœur de se défaire de son image de grisaille, de charbon et d’acier. La Ruhr a depuis longtemps pris le virage du tertiaire et il ne reste aujourd’hui que cinq mines en activité, dont une fermera d’ici la fin 2010.

Ruhrgebiet farbigAu cœur du NRW. La Ruhr (entourée de noir), ou Ruhrgebiet, regroupe 53 communes. La zone tire son nom de la rivière Ruhr qui la traverse d'est en ouest. Depuis Cologne, on rejoint Essen en 1h30 par le train.

Samedi à Essen, il y avait donc des journalistes, mais aussi des hommes politiques de premier plan, comme le président fédéral Horst Köhler et le président de la commission européenne José Manuel Barroso. Toutefois, ce qui marque vraiment le succès de ce lancement, c’est la foule. 100.000 personnes (200.000 selon les plus enthousiastes) ont parcouru les allées de la Zeche Zollverein ce week-end. Dix fois plus qu’à Pécs, l’une des deux autres capitales (à noter tout de même que Pécs est beaucoup plus à l’écart des grandes voies de transports européennes, et située dans une région beaucoup moins peuplée). Un bilan très encourageant pour la Ruhr, qui espère attirer cette année 5 millions de visiteurs.

Ruhr-2010 0081bis

« Ruhr 2010 » a même sa chanson officielle, « Komm zur Ruhr » (Viens dans la Ruhr), interprétée par le très populaire Herbert Grönemeyer, connu notamment pour le titre « Bochum » (1984), du nom de ville de la Ruhr qui l'a vu grandir. Depuis sa sortie samedi, « Komm zur Ruhr » fait un carton sur les plateformes de téléchargement légales (1ère sur Amazon.de). Sur internet, « Ruhr 2010 » fait son petit buzz, à grand renfort de vidéos sur Youtube et de groupes sur les réseaux sociaux. Une vraie aubaine médiatique pour la région, à l'image du phénomène « Bienvenue chez les Ch'tis », pour le Nord-Pas-de-Calais.

Pour finir, j'ai trouvé ce petit montage sur Youtube, qui restitue assez bien l'ambiance de la soirée de lancement.


Publié dans Ruhr

Commenter cet article