Week-end faste pour Ruhr.2010

Publié le par Sébastien Martineau

Ce week-end, Essen ouvre le plus beau musée du monde, le port de Recklinghausen se transforme en scène de spectacle, 1.000 lycéens français investissent la Ruhr et la rivière Emscher devient rivière de l'année. Rien que ça.

Ce n'est pas toujours facile de garder un œil sur tout ce qui se fait dans la cadre de Ruhr.2010. Et sachant que peu d'entre vous feront le déplacement dans la Ruhr, je vous épargne un certain nombre d'expositions, de pièces de théâtre, d'expérimentations en tout genre... qui méritent pourtant le détour. Enfin, le fait est que ce week-end est marqué par plusieurs événements importants.



Le plus beau musée du monde, 80 ans après.
C'était hier le premier jour de l'exposition "Das schönste Museum der Welt" (le plus beau musée du monde), au Folkwang Museum, à Essen. Si le titre de l'exposition peut paraître un peu prétentieux, il faut savoir qu'il est accompagné d'un sous-titre : "Le Musée Folkwang jusqu'en 1933". Ce musée, réouvert en janvier 2010, réunit jusqu'au 25 juillet sa propre collection de l'époque, aujourd'hui dispersée à travers le monde.

La petite histoire veut qu'en 1932, de passage à Essen, l'un des futurs fondateurs du Museum of Modern Art de New York, Paul J. Sachs, aurait effectivement qualifié le Folkwang de "plus beau musée du monde". C'était avant que le régime nazi ne décide, en 1937, de confisquer 1.400 œuvres jugées "dégénérées", qui furent plus tard vendues.

Cette collection d'art contemporain, rassemblée à partir de 1902 par Karl Ernst Osthaus, d'abord à Hagen puis à Essen, est réunie pour quatre mois et l'on peut découvrir des œuvres de Kandinsky, Matisse, Ernst Ludwig Kirchner ou encore Edvard Munch. Je vous en dirai plus dès que j'aurai vu l'exposition (j'ai préféré éviter la cohue du premier week-end).



Un canal transformé en scène culturelle.
C'était le lancement hier soir à Recklinghausen (je n'ai pas pu m'y rendre non plus) de l'opération KulturKanal, qui a pour but de bâtir autour du canal Rhin-Herne "l'une des voies navigables les plus significatives d'Europe, pour les hommes, la culture et les loisirs" (à en croire le communiqué de presse). Ce projet regroupe dix villes voisines du canal, entre Duisbourg, à l'ouest, et Datteln, au nord-est (voir la carte). Un spectacle en plein air était prévu pour l'occasion, mêlant théâtre et pyrotechnie. Cet événement marquait également la fin de la semaine Local Heroes à Recklinghausen (c'est la ville de Schwelm, la plus petite commune de NRW, qui a pris le relais).

Afficher Ruhr.2010 sur une carte plus grande



Une grande rencontre franco-allemande, sur fond de capitale culturelle. Si je n'ai pas pu me rendre à Recklinghausen, c'est que j'étais invité à Duisbourg, à la Krafzentrale (sur le site du Landschaftspark), où devait se tenir un concert, point d'orgue d'un week-end très franco-allemand. 1.000 élèves venus de plusieurs académies françaises (Créteil, Versailles, Lille et Paris) ont en effet passé quelques jours à arpenter la région en compagnie de jeunes allemands. C'était en quelque sorte la suite logique et amicale d'un premier séjour, en France cette fois, qui avait eu lieu en octobre 2008.

Et concert il y a bien eu, en présence de l'ambassadeur de France en Allemagne, Bernard de Montferrand, et du ministre-président de NRW, Jürgen Rüttgers, qui s'est exprimé dans un français plutôt correct. Il a estimé que cette visite constituait "l'un des temps forts de Ruhr.2010" et était un beau symbole de l'amitié franco-allemande. Le concert s'est révélé très francophone (c'était hier la Journée internationale de... la francophonie) avec une chanteuse québécoise, Lysianne Tremblay, un groupe français, Java, et un rappeur suisse, Greis (qui chante aussi en allemand).

Ruhr-2010-1214.jpg
Cette initiative, baptisée "Allons plus loin - Weiter so", a le mérite d'avoir fait connaître la Ruhr et Ruhr.2010 à mille élèves, et par ricochet à leurs familles. Ce n'est pas du luxe, vu le peu d'échos suscités par la capitale culturelle en France. L'une des responsables de l'Institut français de Düsseldorf me confiait cette semaine sa surprise face au peu d'intérêt des médias français. Pourtant ils s'intéressent beaucoup à la Ruhr, quand un cobra s'échappe de chez un particulier, à Mühlheim an der Ruhr.

Ruhr-2010-1208.jpg


La rivière Emscher à l'honneur.
La rivière Emscher, considérée pendant longtemps comme la plus polluée d'Allemagne - c'est ce qui arrive quand toutes les industries de la région s'en servent d'égout à ciel ouvert - a été désignée "Flusslandschaft des Jahres 2010-2011" (paysage de rivière 2010-2011) par l'organisation NaturFreunde (les amis de la nature), qui décerne ce titre à un seul cours d'eau tous les deux ans. La cérémonie avait lieu ce matin, à la source de l'Emscher, à Holzwickede, près de Dortmund.

Si cet événement n'est pas directement lié à Ruhr.2010, il est indissociable de la démarche globale de mise en valeur du passé industriel de la Ruhr, dans un souci écologique. Depuis plus de vingt ans, la rivière Emscher est peu à peu rendue à la nature, alors qu'elle avait été complètement bétonnée. C'est cette renaturation de l'Emscher qui est récompensée aujourd'hui. Mais j'aurai l'occasion de vous en reparler.


Photos-1-1187.jpgLa rivière Emscher, à Dinslaken, où son cours est dévié vers une énorme
station d'épuration, avant d'être renvoyé vers le Rhin.

Publié dans Ruhr

Commenter cet article