Ambiance neigeuse pour le lancement de "Ruhr 2010"

Publié le par Sébastien Martineau

Ruhr-2010 0053C’est sous une épaisse couche de neige que s’est ouverte samedi, à Essen, l’année de Capitale européenne de la culture, baptisée « Ruhr 2010 ». Plusieurs milliers de visiteurs ont envahi pendant toute la soirée le site de la Zeche Zollverein, un ancien complexe minier classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Au programme : ambiance familiale, happenings artistiques, friches industrielles rénovées, vin chaud et feux d’artifice. Un aperçu de la soirée, en images.



18h, ouverture des portes.
Les premiers visiteurs font leur entrée sur le site, accueillis par l’immense tour de métal qui est devenue le symbole de « Ruhr 2010 ». Pour la petite histoire, j’avais déjà visité la Zeche Zollverein en 2007, avant que les 53 villes de la Ruhr ne soient désignées collectivement Capitale européenne de la culture.

Ruhr-2010 0056Sur les rails enneigés. Le complexe minier est immense. Libre à chacun de s’improviser un parcours, comme ici, sur les anciens rails qui permettaient de transporter le minerai. Atmosphère féérique, grâce à l’effet mêlé des lumières et de la neige.
Ruhr-2010 0070Troubadours. L’une des animations les plus sympathiques de cette soirée de lancement. Des scènes minuscules, placées le long des rails, accueillent artistes et troubadours, qui font le spectacle malgré le froid.
Ruhr-2010 0078Prendre de la hauteur. Cette longue passerelle permet aux visiteurs de se faire une meilleure idée des différentes animations, tout en rejoignant une autre partie du site. Les salles d’exposition, comme ici sur la gauche, ont du mal à contenir la foule.
Ruhr-2010 0074Pour une fête réussie. Ce ne serait pas une fête sans quelque chose à manger, une bière ou du vin chaud. Les organisateurs y ont bien pensé. Ils ont installé des stands de restauration un peu partout.

Ruhr-2010 0088Ambiance familiale. La capitale culturelle n’est pas réservée à une élite. Les habitants de la Ruhr se sont déplacés en masse, et en famille. Ici, tout au bout de la passerelle, a été installée une véritable forêt de grands ballons blancs.

Ruhr-2010 0089Transports en commun. Non loin de la forêt de ballons, un bus a été transformé en salle d’exposition, pour des photographies consacrées à la ville d’Oberhausen, l’une des 53 communes de la Ruhr.

Ruhr-2010 0096Géant endormi. C’est sans doute le bâtiment le plus impressionnant du site : la cokerie (une usine de traitement du charbon) Zollverein, qui a cessé de fonctionner en 1993. La cokerie accueille notamment une grande roue et une petite piscine (c’était déjà le cas en 2007).

Ruhr-2010 0112Au coin du feu. Gros succès pour cette attraction au contenu culturel certes limité, mais chaleureux : un énorme feu de joie, au milieu de ce site industriel hors du commun.

Ruhr-2010 012022h45, Feuerwerk. Un final assez classique pour cette soirée de lancement, avec un feu d’artifice tiré au dessus de la tour du puits numéro 12. Les animations se sont prolongées tard dans la nuit et toute la journée de dimanche, avec notamment l’inauguration très attendue du Musée de la Ruhr, dans l’ancienne laverie de charbon. Faute d’accréditation, je n’ai pas pu profiter de l’avant-première réservée aux personnalités et journalistes.


A suivre. Plusieurs centaines d’événements vont ponctuer cette année « Ruhr 2010 », dans toutes les communes de cette région qui compte plus de cinq millions d’habitants (et ce n’est qu’une partie de la Rhénanie du Nord-Westphalie). Je vous tiendrai informés régulièrement des plus marquants. Par ailleurs, je tiens à signaler que Pécs (Hongrie) et Istanbul (Turquie) sont également capitales européennes de la culture cette année.

Publié dans Ruhr

Commenter cet article

FPM 11/01/2010 18:06


Bonjour, bienvenue dans la communauté des blogs "Europe", et bravo pour ce joli travail. Je vous signale à mes contacts :-)


Gaël 11/01/2010 12:39


Bravo Sébastien, très intéressant !
Longue vie à ce blog.


Alexandre 10/01/2010 21:15


Enfin de la lecture pour mes longues soirées hivernales en cabine.