From Cologne with news (9)

Publié le par Sébastien Martineau

Une sélection des informations qui m'ont marqué ces derniers jours, dans le NRW et au-delà. En bref et en liens. Cette semaine, le NRW lancé dans une campagne électorale qui peut inquiéter Angela Merkel et une petite revue de web.



L'élection qui pourrait faire tomber la coalition noir-jaune. Il reste trois semaines exactement avant l'élection pour renouveler le Landtag (parlement) de NRW. Un scrutin qui peut paraître anecdotique, mais le système allemand est ainsi fait que si le NRW bascule (il est actuellement dirigé par une coalition noir-jaune, CDU-FDP), la majorité peut également changer au Bundesrat, l'une des deux chambres du Parlement allemand. Un tel basculement remettrait en cause la toute récente coalition d'Angela Merkel avec les libéraux du FDP au niveau fédéral.

Photos-1-1388.jpg"Notre ministre-président", peut-on lire au-dessus de cette photo de Jürgen Rüttgers.
La CDU réalise une campagne sur le thème : surtout ne changeons rien,
nous sommes au pouvoir. Cela se traduit par des slogans comme
"Le NRW doit rester stable", ou, comme ici, "La compétence décide".

Ce rendez-vous électoral se retrouve donc au cœur du jeu politique actuel et explique sans doute, en partie, l'attitude très frileuse de la chancelière, qui veut éviter de froisser ses électeurs. Beaucoup expliquent ainsi son manque flagrant de bonne volonté pour trouver une solution à la crise grecque. Merkel craint en effet de froisser l'électorat conservateur, qui s'inquiète de l'envolée de la dette allemande.

Les sondages ne donnent pas, à l'heure actuelle, d'avantage particulier à un scénario plutôt qu'un autre. La presse évoque beaucoup une future coalition noir-vert, c'est-à-dire une alliance des Verts (Grüne) avec le parti de la chancelière. Cette coalition pourrait être mise en pratique à la fois au niveau du Landtag de NRW et du gouvernement fédéral.

Mais les Verts pourraient tout aussi bien décider de s'allier avec les socio-démocrates du SPD. Les sondages récents donnent souvent ce scénario légèrement en tête.

Rectificatif (28 avril) : je me suis un peu emballé dans ma présentation des enjeux de cette élection. Au niveau du Land, les deux scénarios qui s'affrontent, et sont au coude à coude, sont les coalitions jaune-noir (sortante) et rouge-vert. Les Verts locaux font ouvertement campagne contre la CDU. Il est donc à exclure qu'ils s'allient avec eux. Au niveau fédéral, j'en discutais encore hier, si Merkel serait fragilisée par une défaite en NRW, elle n'aurait pas d'obligation à changer son gouvernement, bien que le FDP soit un allié très encombrant.

Photos-1-1242.jpgLes Verts font une campagne un peu moins figée, avec notamment cette affiche
"Nicht bei den Kurzen kürzen", ce qui signifie à peu près "N'économisons pas sur les petits".

La campagne de la CDU a été difficile. Le ministre-président de NRW (chef du gouvernement du Land), Jürgen Rüttgers, s'est retrouvé déstabilisé par un scandale qui a fait le bonheur de la presse et de ses opposants. Il semblerait que des entretiens en privé avec Rüttgers ont été proposés contre paiement à des chefs d'entreprise. On a notamment pu voir des parodies de publicité, avec ce slogan : "Il y a des choses qui ne s'achètent pas. Pour tout le reste, il y a RüttgersClub. Un sourire 5 € ; une poignée de main 150€ ; une entrevue 6.000 €."

Le responsable du scandale, un collaborateur de Rüttgers, a depuis présenté sa démission.

Photos-1-1389.jpgHannelore Kraft, leader des socio-démocrates du NRW, avec le slogan "Pour un NRW juste".

À Cologne, depuis au moins deux semaines, la campagne est entrée dans sa phase active. On voit des affiches un peu partout, notamment dès énormes pancartes d'au moins 4 mètres par 3 sur les grands boulevards. On croise aussi des stands des différents partis aux endroits les plus passants.

Le parti d'extrême-droite Pro-NRW est particulièrement présent sur le terrain, avec ses affiches anti-mosquées. Pro-NRW, dont ce sera la première participation à ce scrutin, présente des candidats dans 53 circonscriptions du Land, sur 128. Le NPD, parti néo-fasciste, est lui en net recul, avec seulement 27 circonscriptions (contre 109 en 2005).

La CDU, le SPD, les Verts, le FDP et Die Linke ("La Gauche") sont les cinq partis à être présents dans toutes les circonscriptions du Land. Des alliances qu'ils feront ou ne feront pas dépendra le résultat du vote, car aucun de ces partis ne pourra se permettre de gouverner seul.



 

Une petite revue de web sur le NRW :

Publié dans From Cologne with news

Commenter cet article