Cologne, côté coulisses

Publié le par Sébastien Martineau

Voilà une dizaine de jours que le festival Expedition Colonia a commencé. Son principe? Permettre aux gens de découvrir tout un tas de lieux de Cologne qui restent habituellement inaccessibles au commun des mortels. On peut ainsi visiter le toit de la cathédrale, la cave de la gare centrale, un tunnel sous le Rhin, l'usine Ford ou bien encore différents studios de télévision (la ville n'en manque pas).

On peut oui, surtout si on s'y prend bien à l'avance. Car en cinq éditions, ce festival plutôt discret - les murs de la ville ne sont pas couverts d'affiches à sa gloire - a trouvé son public et les visites les plus intéressantes sont vite complètes. Après plus de trois mois passés à Cologne, je me suis dit que c'était l'occasion de découvrir la ville sous un angle un peu plus touristique et j'ai choisi une visite guidée au titre intriguant : "Der Fisch stinkt vom Kopf" (le poisson pue de la tête).


Photos-1-1371.jpgA bord du bus à impériale, avec Marina Bath.

 

Le dépliant promettait une visite en bus à impériale - très discret vous pensez bien - commentée par une artiste de cabaret, Marina Bath. Au programme : 2.000 ans d'histoire de Cologne en deux heures. Et comme fil conducteur, un couple de pêcheurs, Markus et Annamaria (ou quelque chose d'approchant), que l'on retrouve à différentes époques de l'Histoire, un peu comme les personnages des séries animées "Il était une fois... ".

Si notre guide du jour - hier dimanche - était effectivement plutôt éloquente, je dois dire que la plus-value par rapport à une visite guidée classique, avec un guide sympathique (et les guides sont souvent sympathiques) était tout de même limitée. Surtout pour 21€. D'autant que la guide-artiste avait une drôle de manière de s'adresser à son public, réparti sur les deux étages du bus. Pendant cinq bonnes minutes, elle a regardé droit dans les yeux un autocollant indiquant le nombre de passagers autorisés. Pas sûr qu'il est bien suivi tout ce qu'elle lui racontait.

A part ça, la visite était gentiment instructive. Quelques petites blagounettes sur l'actualité venaient ponctuer notre voyage depuis l'époque romaine. Finalement, l'aspect le plus intéressant se détachait seulement en arrière plan : une description par petites touches de la mentalité colonaise, un peu indépendante, un peu opportuniste, un peu anticléricale (les évêques ont longtemps dominé la ville), un peu bordélique et toujours prête à faire des affaires. La ville a par ailleurs fait preuve d'un antisémitisme récurrent, et ce dès le Moyen-âge. Un certain Adolf H., bien plus tard, aurait déclaré qu'il avait reçu à Cologne sa plus belle ovation. A l'époque, il semblerait que les habitants ne se faisaient pas trop prier pour dénoncer leurs voisins juifs.


Photos-1-1321.jpgAchim Rohde est le directeur du Köln Comedy Festival. Lui et son équipe
organisent également Expedition Colonia.


Tout ça pour dire que je n'ai sans doute pas choisi la visite la plus intéressante sur une liste qui comptait pas moins de 270 activités différentes, à des tarifs plutôt corrects (celle-ci faisait partie des plus chères). Pour la petite histoire, Expedition Colonia repose sur une équipe de trois personnes seulement, qui sont également à l'origine du Köln Comedy Festival (chaque année en automne, depuis 1991).

J'ai eu l'occasion de rencontrer Achim Rohde, le directeur de cette petite entreprise (pour cet article paru sur le Petit Journal Cologne) et j'ai trouvé leur démarche vraiment intéressante. L'idée de départ est de bousculer la visite guidée traditionnelle, notamment en permettant l'accès à des lieux généralement invisibles, ou dont on ignore l'existence. Ils essayent au passage de choisir toujours des guides un peu originaux.

La prochaine fois, j'essayerai de m'y prendre plus tôt pour réserver les places. Le festival se poursuit jusqu'au 25 avril.

Publié dans Cologne

Commenter cet article