Cologne : cinq ans de fouilles pour une grande expo

Publié le par Sébastien Martineau

Au musée romain-germanique, croyez-le ou pas, on voit surtout des vestiges romains. Enfin ça, c'était vrai jusqu'à la semaine dernière. Depuis le 19 mars et jusqu'au 14 novembre, on peut y avoir tout ce qui a été trouvé de plus intéressant dans tous les chantiers de fouilles ces cinq dernières années, aux quatre coins de la Rhénanie du Nord-Westphalie. Mardi matin, je suis allé faire un tour à cette exposition baptisée "Fundgeschichten" (histoires de trouvailles). Le docteur Friederike Naumann-Steckner m'a guidé à travers 190 millions d'années de (pré)histoire du NRW.

Photos-1-1221.jpgNon, ce n'est pas la file d'attente pour la nouvelle exposition, mais une manifestation
des médecins du secteur public devant le musée romain-germanique, lundi.


A l'origine, j'avais prévu de vous parler de Cologne à l'époque romaine. Parce que je venais de visiter le musée romain-germanique et que j'avais trouvé tout ça passionnant. Pendant mes recherches, j'ai été amené à parler avec le docteur Friederike Naumann-Steckner, directrice adjointe du musée, qui réglait les derniers détails avant l'ouverture d'une grande exposition : "Fundgeschichten" (histoires de trouvailles). Alors j'ai changé mon fusil d'épaule (pour le moment) et j'ai décidé de vous faire profiter d'un événement qui ne se présente que tous les cinq ans (encore plus rare qu'une Coupe du monde de foot).

Photos-1-1232.jpgCes objets ont été trouvés lors de fouilles à Bonn, près d'un ancien camp
militaire romain, explique le docteur Friederike Naumann-Steckner.


"C'est bien simple, dès que le sol est ouvert quelque part, quelle qu'en soit la raison, même pour poser un simple poteau téléphonique, des fouilles sont menées. Et c'est vrai aussi pour l'extraction du charbon."


Sur cinq ans, on peut imaginer le nombre de fouilles, plus ou moins importantes, qui ont été menées dans le NRW. On peut d'autant mieux l'imaginer quand on a les plus belles trouvailles sous les yeux.

ABB.-1B--SCHWIMMSAURIER.jpg
Dans la catégorie très ancien, on découvre un dinosaure aquatique, quasiment entier - il lui manque la tête - vieux de 190 millions d'années environ. Il était visiblement amphibie, comme un certain nombre des espèces présentes à l'époque dans la région. Le NRW était en partie sous les eaux et situé au niveau de l'Équateur, avant que la dérive des continents ne le fasse arriver jusqu'ici (d'ailleurs les forêts tropicales de l'époque sont à l'origine des réserves de charbon d'aujourd'hui).

Photos-1-1228.jpgUn cimetière d'éléphants, découvert près de Dortmund.


Juste à côté du dinosaure sans tête, au milieu de ce qui a tout l'air d'un morceau de rocher, on aperçoit des dents d'éléphant. "Il s'agit d'un cimetière d'éléphants. Mais ces éléphants ne sont pas venus mourir là, ensemble, de leur plein gré. Il semble qu'ils ont été emportés par le courant d'une rivière et sont morts noyés." Le drame se serait produit il y a environ 2 millions d'années, près de l'actuelle Dortmund. Une broutille. "C'est presque moderne, comparé au dinosaure."

Photos-1-1227.jpg

Dans une petite vitrine, on découvre les restes fossilisés d'un garde-manger d'écureuil. "Ce que l'on voit là, ce sont les traces laissées par les noisettes."

On avance un peu dans la pièce. "Et maintenant arrive l'Homme! Là, on voit que l'homme de Néandertal a différents types d'outils en pierre, plus ou moins évolués." D'une vitrine à l'autre, on avance rapidement dans le temps. Arrivent les premiers sédentaires, comme la "Culture de Rössen". La céramique apparaît, les outils en bronze... Le docteur attire mon attention sur un petit poignard. "C'est un objet dont on n'explique pas la présence ici. On trouve des poignards plus grands à cette époque dans la sud de l'Allemagne. Mais dans la région, ça ne correspond à rien de connu, ni au niveau de la taille, ni au niveau de la forme. Il pourrait s'agir d'une très précoce importation..."

Photos-1-1229.jpg

On arrive à l'époque romaine, la spécialité du docteur Naumann-Steckner. "A Cologne, il y a eu de très importantes fouilles, en raison des travaux du U-Bahn. On a trouvé pas moins de 148 tombes. A cette époque, les tombes étaient toujours placées à l'extérieur des villes, le plus souvent le long des routes, pour être vues par les gens de passage."

Les tombes sont de formidables sources d'information pour les archéologues. En effet, les Romains enterraient leurs morts avec de nombreux objets, pour leur vie dans l'au-delà. On a ainsi retrouvé des jouets pour enfants, des petits peignes d'une qualité impressionnante, des épingles à cheveux. On a aussi découvert des temples miniatures, pour honorer les dieux.

Photos-1-1233.jpg

L'une des trouvailles qui a le plus marqué le docteur est une sculpture représentant une tête de femme, qui faisait probablement partie d'un grand monument funéraire. "C'est très rare de trouver ce type d'objet aujourd'hui. La plupart des nécropoles ont été fouillées depuis longtemps et celui-ci était totalement intact."

Photos-1-1230.jpg

Un casque de cavalier romain, plutôt en mauvais état, a fait l'objet d'études poussées. Une reproduction  est présentée à côté de l'original, avec une décoration élaborée à base de cheveux et un masque, disparu depuis longtemps. Il s'agissait apparemment d'un casque de parade.

Photos-1-1234.jpg

Dans la pièce suivante, on passe à l'antiquité tardive, avec l'arrivée des Francs dans la région. Venus de l'Est, du "Barbaricum", ils ont traversé le Rhin en 355 après JC et se sont emparés de Cologne. Ici, la tombe d'un soldat franc, qui était enterré avec toutes ses armes (le portait n'est pas d'origine).

L'exposition se poursuit avec le Moyen-âge et les vestiges d'un monastère cistercien, à Siebengebirge. Vient ensuite une période assez creuse en termes de trouvailles. A l'étage, une vitrine présente une belle collection de pièces de monnaies des XVIe et XVIIe siècles, découvertes par un petit garçon de 9 ans lors d'une balade. De nombreuses céramiques de la même époque, ainsi que des bijoux, ont été découverts dans des latrines, à Höxter, à l'extrême-est du NRW. On ignore pourquoi ils avaient été jetés là.

Photos-1-1237.jpg

Enfin, contraste étonnant, un moteur d'avion de combat de la Deuxième Guerre mondiale, fabriqué par Daimler-Benz et tombé du ciel un 27 novembre 1944 dans l'est du NRW. Il s'était enfoncé de 4,5 mètres dans la terre.

Voilà un petit résumé de la visite. Une salle interactive propose par ailleurs une reconstitution de Cologne en trois dimensions, à l'époque romaine. Le logiciel, très bien conçu, permet de passer en un instant de la ville d'aujourd'hui à celle de l'époque. Et même de savoir quels vestiges ont permis d'en arriver à cette reconstitution. On peut avoir un aperçu sur ce site.




Colonia3D a demandé cinq ans de travail.
Le projet est né grâce à la coopération entre l'Institut achéologique de l'Université de Cologne, l'École internationale de design de Cologne, l'École de sciences appliquées de Cologne, l'Université de Potsdam, l'Institut Hasso-Plattner et le musée romain-germanique, avec le soutien financier de la Fondation RheinEnergie.
 
Note ajoutée le 25 mars : Toutes les photos sont de moi, sauf celle du dinosaure aquatique, qui m'a été fournie par le musée (j'ai comme qui dirait oublié de prendre en photo cette pauvre bête sans tête). Crédits : Karsten Nolte, VGBild.
 

Publié dans Cologne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article