Qui a dit que la comédie allemande n'existait pas?

Publié le par Sébastien Martineau

Qui l'a dit? Il se trouve que c'est un Allemand avec qui je discutais récemment. Ce qu'il voulait dire par là (c'est comme ça que je l'ai traduit), c'est que des comédies sont bel et bien produites en Allemagne, mais qu'elles ne brillent ni par leur finesse, ni par leur qualité. Il faut croire en tout cas qu'elles trouvent leur public, puisque trois d'entre elles sont actuellement dans le top 10 des meilleures entrées en Allemagne. En France, la comédie d'outre-Rhin a plus ou moins la même réputation, mais on se contente de la dénigrer sans la voir, puisqu'elle passe rarement le Rhin justement. Après une rapide recherche sur le site Allociné, je ne suis parvenu à en trouver qu'une seule dans les trois dernières années : « Français pour débutant » (Französisch für Anfänger), sorti en octobre dernier. Ayant travaillé pendant plus de quatre ans dans différents cinémas, je peux vous assurer que le bilan était le même au début des années 2000.

Quoi qu'il en soit, j'ai depuis hier la preuve qu'en Allemagne aussi, on peut faire rire les gens avec un spectacle de qualité. Je vous parlais le week-end dernier de Dorka Gryllus, la chanteuse de Rotfront, qui mène en parallèle une carrière d'actrice. Je disais notamment qu'on pourrait la voir en mars au cinéma, dans le film « Soul Kitchen » de Fatih Akin. Ce que je n'avais pas compris, c'est que « Soul Kitchen » était à l'affiche ici depuis le 25 décembre et qu'il poursuit une jolie carrière (il a dépassé les 750.000 entrées).

soul-kitchen_stills_004083.jpgJe suis allé voir le film hier soir. Salle presque pleine, voisines bavardes tendance supportable. Une camionnette déboule sur l'écran, vient se garer devant un entrepôt délabré perdu au milieu d'une zone industrielle de Hambourg (pas en NRW, non... entre les groupes berlinois et les films hambourgeois, je m'éloigne du sujet). Cet entrepôt, c'est le « Soul Kitchen », un restaurant minable qui sert à des habitués pas reluisants une cuisine de micro-onde. Et le patron des lieux, c'est Zinos, chevelu, pas bien malin, qui laisse dans son sillage une odeur tenace de friture. Le seul bonheur dans la vie de Zinos, c'est Nadine. Manque de bol, Nadine part à Shanghai pour son travail.

C'est le début d'une période de poisse sévère pour Zinos (Adam Bousdoukos), qui voit revenir dans sa vie son frère Illias (Moritz Bleibtreu), en liberté conditionnelle. A eux deux, ils vont enchaîner les revers de fortune, toujours à la limite des gros ennuis. C'est le talent des bons réalisateurs de comédie. Savoir ne pas aller trop loin (il y a bien une fois au moins, où le film passe la limite) et donner sa place à chaque personnage. Fatih Akin réussit tout ça très bien. Il aime toute la bande de bras cassés qui gravite autour de Zinos et Illias et on ne tarde pas à faire de même. La serveuse forte tête, le chef caractériel, le vieux locataire de l'entrepôt, les potes truands d'Illias... C'est rythmé, c'est drôle, ça donne envie d'ouvrir un resto avec des amis. Et de rester boire un verre après la fermeture.


Publié dans Coup de cœur

Commenter cet article

DIGONNET 09/02/2010 12:32


Un article comme celui-ci le jour de mon anniversaire...Quel cadeau!


Sébastien Martineau 09/02/2010 14:23


Si tu veux je te ferai même une petite sélection de comédies allemandes dès que j'en aurai vues un peu plus.


NR 22/01/2010 13:19


J'ai vu Soul Kitchen et j'ai aimé !
Rien à voir avec les films précédents de Fati Akin (autant dans le sujet que dans le ton)mais c'est très bon. La musique est géniale ! Ca n'arrête pas, l'intrigue est bien menée et la fin bien
pensée, je trouve.
Viel Spass dabei !