Les "Local Heroes" se sont arrêtés à Xanten

Publié le par Sébastien Martineau

Si Essen fait figure de porte-drapeau de Ruhr.2010, les 52 autres communes de la capitale européenne de la culture ont aussi leur heure de gloire. Et même une semaine tout entière. C'est la petite ville de Xanten qui accueillait cette semaine "Local Heroes". Reportage.
Local-Heroes-a-Xanten-0430.jpg

Un samedi après-midi dans Xanten endormie. On croise tout juste quelques piétons, un ou deux vélos qui laissent une marque profonde dans la neige. Difficile de croire que cette ville compte presque 22.000 habitants et fait office cette semaine de capitale tournante de Ruhr.2010. Xanten cache bien son jeu. Grâce à ses vestiges romains et médiévaux,  ainsi que sa cathédrale, elle accueille chaque année près d’un million de visiteurs, allemands, hollandais et belges principalement.

A Xanten, ancienne ville de garnison romaine, la culture se conjugue souvent au passé. Alors cette semaine Local Heroes (les héros locaux) est une occasion en or pour la rafraichir un peu. Secouer les mentalités, Michael aimerait beaucoup ça. Avec deux autres membres de l’association culturelle locale,  Ali et Theo, ils ont eu l’idée d’installer un conteneur en plein cœur de Xanten, sur la place du marché et d’en faire un lieu d’échange autour de l’art. Leur conteneur, ils l’ont appelé « Une place pour l’art, une place pour se réchauffer ».

Local-Heroes-a-Xanten 0438Malgré le froid, ils ont vu passer près de deux cents personnes cette semaine. Certains ont laissé un mot sur les grands tableaux blancs installés là sur les parois. D’autres, plus timides, se sont contentés de venir discuter autour d’un thé. D’autres encore n’ont rien compris. Ou n’ont pas cherché à comprendre, selon Michael. Il s’énerve un peu en repensant à certaines réactions. « Ils entrent, ils regardent à peine et ils disent que ça ne vaut rien, que ce n’est pas beau. Mais est-ce que l’art doit être beau ? On n’est plus au XIXe siècle. » Ali tempère. « Ce conteneur, c’est un décor, il provoque la curiosité des gens. Alors ils entrent et ça permet de discuter. Ce qu’on n’aurait pas fait spontanément dans la rue. »

Le rôle crucial des bénévoles

La nuit est tombée rapidement. La plupart des commerces ont fermé, mais les bars commencent à se remplir. Le septième jour de Local Heroes touche à sa fin. Demain, c’est Neukirchen-Vluyn, à une trentaine de kilomètres, qui prendra le relais. Mais avant ça, il y a la nuit de la culture, au Dreigiebelhaus (maison des trois pignons), juste en face de la cathédrale. Une bâtisse un peu labyrinthique en béton, héritée des années soixante. Tout ce que la ville compte d’amateurs de culture s’est donné rendez-vous ici. Trois cent personnes environs. Au programme : un patchwork de petits concerts, d’œuvres d’artistes locaux… et quelques discours pour se féliciter de cette belle semaine.

Local-Heroes-a-Xanten 0451« Ça a été beaucoup, beaucoup de travail », résume le maire Christian Strunk devant ses administrés. Plus tard, ce jeune élu CDU – à 42 ans, il est maire depuis dix ans – me confie qu’en effet ce fut un vrai défi d’organiser cette semaine Local Heroes. « Nous avons réussi grâce à l’association culturelle, qui s’est beaucoup investie. » Cette dernière (Stadtkultur Xanten e.V.), forte de 130 adhérents, s’est vue confier par le conseil municipal toute l’organisation de la semaine. Après un appel à projet, dix-sept ont été réalisés (du théâtre, de la danse, un concours de talents...), financés grâce au budget versé par Ruhr.2010 GmbH : deux euros par habitant, soit environ 44.000 euros. « Et ça a été un gros succès, mieux que ce qu’on avait prévu. On a eu beaucoup de monde, et des gens de toute la région. »

Pour accéder à l'album des photos prises à Xanten, c'est ici.



Les visages multiples de la Ruhr.
Si Xanten fait effectivement partie des 53 communes regroupées au sein de l'Association régionale de la Ruhr (RVR), et est du même coup associée à Ruhr.2010, la ville n'a jamais eu ni mines, ni industrie de l'acier. Elle tire le plus gros de ses revenus du tourisme. Si vous demandez aux habitants de Xanten, ils vous diront qu'ils sont du Niederrhein (Bas-Rhin), qui est caractérisé par des paysages très différents de la Ruhr. D'ailleurs, de nombreux habitants de la Ruhr viennent profiter de la nature dans le Niederrhein. Le sentiment d'appartenance est très complexe dans la région et la rivalité très forte entre les villes. C'est donc assez paradoxal pour Xanten de se voir affublée de l'étiquette Ruhr pendant toute cette année 2010.

Afficher Ruhr.2010 sur une carte plus grande

Publié dans Ruhr

Commenter cet article