Le marathonien et la réunification

Publié le par Sébastien Martineau

Aujourd'hui, 3 octobre 2010, le grand événement en Allemagne, c'était le... Marathon de Cologne, 14e édition. Vous pensiez à autre chose? Me dites pas que vous savez que le 3 octobre c'est aussi l'anniversaire de la réunification (et donc la Fête nationale). Je ne vous croirai pas. Donc revenons au Marathon, qu'en allemand on appelle der Marathon.

Photos-1-2277.jpgMoi, je dois vous l'avouer, voir tout un tas de gens en sueur courir tous dans la même direction, avec un numéro de série sur le torse, je ne sais pas pourquoi, mais ça me donne très envie de courir, moi-aussi, dans la même direction et avec mon petit numéro à moi sur le torse, mes genoux qui me supplient d'arrêter et le visage écarlate. Allez comprendre.

Le discours du Christian
Pendant ce temps-là, à Brême, notre super président d'adoption Christian Wulff faisait un discours pour le 20e anniversaire de l'Allemagne réunifiée. Il était très attendu, le Christian, parce que beaucoup doutent encore qu'il soit à la hauteur du poste qu'on lui a confié. Et en substance, Christian a salué le courage des Allemands de l'Est, qui ont vécu un véritable choc avec la disparition du régime communiste de RDA et dû s'adapter à marche forcée à une tout autre société.

Mais il a aussi profité de cet anniversaire pour parler de l'Allemagne d'aujourd'hui. Multiculturelle, et il s'en félicite. La diversité culturelle oui, mais pas n'importe comment. En clair, l'Allemagne accueille de bon cœur ceux qui la respectent et respectent ses valeurs et son art de vivre (moi je viens d'arrêter la bière, je vais avoir des ennuis). Il en va autrement des "réfractaires à l'intégration", dont il a beaucoup été question dans l'actualité récente.

En attentant les populistes
Si l'Allemagne est pour l'instant épargnée par la montée en force des mouvements populistes anti-islam en Europe, ce n'est pas pour autant que les thèmes de prédilection de ces partis sont absents des débats publics. A vrai dire, je pense que l'électorat populiste existe en Allemagne comme ailleurs. Mais aucun parti n'est parvenu, pour le moment, à policer suffisamment son discours pour s'imposer dans un pays où toute forme de racisme a été bannie de la sphère publique depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais sur ce terrain, il y a des tentatives, comme le mouvement Pro-Köln, qui a plusieurs élus à la mairie de Cologne (et qui a fait campagne contre le projet de grande mosquée, actuellement en construction) et qui essaye de faire des petits ailleurs en Allemagne.

Revenons à la réunification
Fin de la parenthèse extrême droite. Retour au 3 octobre 1990. La réunification. Est-ce que ça me fait vraiment rêver? Est-ce que la chute du Mur n'a pas accaparé toute ma capacité à m'enthousiasmer face à l'histoire allemande récente? Pas sûr. La chute du Mur est un événement majeur non seulement de l'histoire de l'Allemagne, mais au-delà de ça, de toute ma culture d'Européen. C'est un point d'ancrage pour toute ma vision du monde dans lequel je vis.

La réunification, c'est un processus politique. C'est pas hyper sexy. Mais c'est un exploit. Dans une Europe où les Flamands ne peuvent pas blairer les Wallons, où les Italiens du Nord crachent sur ceux du Sud, où la politique consiste de plus en plus à déconstruire, à créer de nouvelles frontières, voilà l'exemple de ce que la politique peut faire de bien. Créer du vivre ensemble. Même si c'est difficile. Parce que ça a été et ça continue d'être très compliqué de faire une seule Allemagne avec deux. Mais putain, qu'est-ce que ça fait plaisir. Et donc il me reste à dire : Herzlichen Glückwunsch, Deutschland !

Publié dans Oh! de Cologne

Commenter cet article

Cha 26/10/2010 17:19


Je trouve ca bien que tu vois la réunification comme exemple pour la politique européenne!
Moi, j ai pas trop envie de courir quand je vois les gens courir, même avec numéro sur le torso... ;-)