Intégration : les élections snobées dans tout le NRW

Publié le par Sébastien Martineau

A quelques exceptions près (Duisbourg, Essen, Gelsenkirchen...), la participation au scrutin d'hier pour élire les conseils d'intégration a été partout très faible en Rhénanie du Nord-Westphalie. 11,29% des personnes appelées aux urnes se sont exprimées, un peu moins qu'en 2004. Avec une chute de près de 9 points de participation, Cologne fait figure de mauvais élève du NRW.
Photos-1-0484.jpg
Sur les 102 communes de NRW participant au vote d'hier, le plus haut taux de participation a été enregistré à Harsewinkel, petite ville de 24.000 habitants, située dans les environs de Münster. Harsewinkel élisait son conseil d'intégration pour la première fois. Sur les 1.571 personnes appelées aux urnes, 33,93% se sont exprimées. A l'autre extrémité du tableau, on trouve Bergisch Gladbach, 110.000 habitants dans la banlieue de Cologne, avec seulement 4,17% de participation. Mais le chiffre le plus marquant, à côté de Cologne, est sans conteste celui de la capitale du Land, Düsseldorf, avec 4,67%, en chute d'un point et demi par rapport à 2004.

Parmi les exceptions, on trouve Duisbourg (20,27%, en hausse de plus de 6 points),
Gelsenkirchen (16,6%, + 5,35), Oberhausen (15, 56%, mais en baisse), Leverkusen (14,5%, en hausse de 2,80 points) et Essen (13,57%, + 4,74). Les autres grandes villes de NRW oscillent entre 7 et 13%. A noter que douze villes élisaient leur conseil d'intégration pour la première fois, et quatre autres avaient voté en 2004 mais pas cette année.

Pourquoi si peu d'intérêt?

Quant au pourquoi d'une telle abstention, le président du Laga NRW (qui regroupe les conseils et comités d'intégration), Tayfun Keltek a estimé dans un communiqué de presse : « On ne doit pas oublier que [ces] élections ont lieu dans des conditions défavorables par rapport aux élections municipales par exemple. » La plupart des candidats auraient ainsi manqué de moyens logistiques et financiers pour mener leur campagne.

Mais selon lui, le climat d’insatisfaction général face à la politique aurait pesé encore davantage. « Le gouvernement du Land, contre l’avis des experts, a décidé de limiter le droit de vote pour les personnes naturalisées. A cause de cela, beaucoup de personnes intéressées par la politique n’étaient même pas sur les listes électorales. »

Enfin, le Laga NRW trouve un petit réconfort dans le fait que les conseils d’intégration (où les élus directs sont majoritaires) ont bénéficié d’une meilleure participation (11,86%) que les comités d’intégration (où les représentants des migrants sont en minorité), avec seulement 8,5%. Seize villes sur les 102 ont choisi ce modèle de réprésentation. Dans les deux cas, les conseillers élus hier le sont pour cinq ans.


Les précédents articles concernant le conseil d'intégration :
- Les étrangers du NRW votent ce week-end
- Conseil d'intégration : où sont passés les électeurs?

Les résultats des 102 communes, sur le site du Laga NRW, qui regroupe les conseils et comités d'intégration de toute la région.
 

Publié dans NRW

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article