Ils sont "Jeck" ces Colonais !

Publié le par Sébastien Martineau

Les Colonais sont-ils plus fous que la moyenne? On peut en douter, vu le nombre de photos publiées un peu partout ces derniers jours en provenance des carnavals du monde entier. Cologne aimerait être la reine du Carnaval. Elle l'est sans doute un peu, au moins en Allemagne.
Carnaval-de-Cologne-0785.jpgPour moi, cette première expérience de Karneval a commencé dès mon arrivée à Cologne, début janvier. Il se passait rarement une journée sans que je croise quelques costumes bigarrés, en route pour une Sitzung, l'une de ces fêtes populaires, où l'on chante, danse et raconte des blagues... à la gloire du Carnaval. J'ai envisagé pendant un temps d'assister à l'une des ces Sitzungen, mais plusieurs problèmes se sont posés : laquelle choisir? Il y en a des dizaines à Cologne, sans doute des milliers dans toute la région. Dans les derniers jours avant Weiberfastnacht, les grands hôtels de Cologne accueillent Sitzung sur Sitzung. A peine le temps de nettoyer les dégâts de la veille... Deuxièmement, les billets pour y assister sont généralement très chers.

Enfin, j'avoue que j'ai eu un peu peur de me retrouver complètement paumé au milieu de ce drôle de rituel, entre les chansons en dialecte kölsch et les références à des traditions obscure
s pour le petit journaliste français que je suis. Toutefois, je suis tombé sur plusieurs retransmissions de Sitzungen à la télévision et comme je ne voudrais pas vous laisser dans l'ignorance, je vous laisse découvrir une petite vidéo tournée au Gürzenich, dans la Vieille Ville.



Le phénomène Carnaval à Cologne, c'est aussi les vitrines décorées des mois à l'avance (mais tout est relatif puisque, en théorie, la saison du Carnaval commence le 11 novembre à 11h11...). Livres, souvenirs, pâtisseries et bien sûr déguisements. Trouver un magasin de déguisement relève du défi insurmontable dans la plupart des villes françaises. Ici, aucun problème, il y en a partout. Ce sont pour la plupart des moyennes ou grandes surfaces, qui proposent des costumes de qualité assez médiocre. Peu de chance que votre tenue vous accompagne plus de deux saisons. Beaucoup de Colonais préfèrent réaliser leurs costumes eux-mêmes, ou alors les acheter sur mesure.

A chacun son Carnaval
Ce que j'ai cru comprendre de ces six jours de Carnaval, c'est que chacun se fait son Carnaval à la carte. L'essentiel, c'est l'esprit de liberté propre à ces folles journées, la mise entre parenthèses des règles habituelles. Pour une fois, on a le droit de porter ce qu'on veut, de parler avec le premier venu sans raison et de balancer sa bouteille par terre. Si beaucoup assistent au défilé du Rosenmontag, le reste de la semaine dépend vraiment des goûts et des possibilités de chaque Jeck.
On peut se faire un Carnaval dans les bars, dans la rue, chez soi (comme mon voisin du deuxième étage, dont les enceintes ont animé la moitié du quartier à plusieurs reprises).

On peut se lever tôt et aller boire sa première bière sur les coups de 9h dans la Vieille Ville avec ses amis Jeck, ou bien dormir toute la journée et se faire un Carnaval nocturne, dans les boîtes de nuit colonaises où, semble-t-il, les couples se forment et se déforment plus vite qu'à l'accoutumée. On peut même décider d'aller jusqu'à Düsseldorf, voir si le Carnaval y est vraiment aussi mauvais qu'on le dit à Cologne (j'en doute).


Si le Carnaval de Cologne n'est pas le plus célèbre du monde, il attire tout de même une foule impressionnante et joyeuse. Des étrangers, mais aussi beaucoup d'Allemands, pour qui Cologne reste la référence en la matière. J'ai ainsi rencontré un groupe de jeunes gens (un chevalier du Moyen-Âge, un moine et une ouvrière du bâtiment) venus de la Thuringe, à près de 300 km. Ils m'ont expliqué être venus une première fois à Cologne pour la Weiberfastnacht, puis avoir célébré le Carnaval dans leur ville pendant deux jours, puis être revenus pour le défilé du Rosenmontag. Si c'est pas de la dévotion carnavalesque ça...


Pour en terminer avec cette édition 2010, je vous ai déniché deux chansons typiques du Carnaval : "Heute feiern wir mit der ganzen Welt" (aujourd'hui, nous faisons la fête avec le monde entier), du groupe Paveier, et "Schenk mir dein Herz" (offre-moi ton cœur), par De Höhner.


Publié dans Cologne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article