From Cologne with news (4)

Publié le par Sébastien Martineau

Une sélection des informations qui m'ont marqué ces derniers jours, dans le NRW et au-delà. En bref et en liens. Cette semaine, un énorme scandale autour des travaux du métro de Cologne et la suite des aventures de Hartz IV.

La sécurité en question autour du chantier du métro. Le 3 mars 2009, le bâtiment des archives de Cologne s'était effondré, emportant avec lui deux immeubles voisins et tuant deux personnes. Des documents de grande valeur avaient également été détruits. Si les causes exactes de ce drame n'ont pas été totalement éclaircies, on sait que le chantier du futur métro Nord-Sud - dont la mise en service est prévue en 2014 - passait sous le bâtiment.

Or, il semblerait que de grosses quantités de matériaux ont été volées sur différents sites du chantier dans Cologne. Des barres de fer notamment, servant à consolider les tunnels. Le KVB (opérateur des transports de Cologne) estime que, par endroits, seuls 17% de ces barres de 65 cm de long ont été réellement utilisées, le reste étant détourné. 5,6 tonnes manqueraient.

L'inquiétude a été particulièrement forte en fin de semaine dernière, avec la proximité du Carnaval. Il a même été envisagé de modifier le parcours du défilé du Rosenmontag. Depuis, la municipalité fait tout son possible pour rassurer. Des plaques d'acier ont été rajoutées en urgence au niveau de la grande place Heumarkt, en prévision d'une éventuelle montée des eaux du Rhin avec le redoux.

L'entreprise chargée de la construction du métro, le géant du BTP Bilfinger-Berger, a suspendu les travaux. Un contremaître serait mis en cause dans ces vols. Deux chefs de chantier font également l'objet d'une mise à pied.
Au moins vingt-huit rapports auraient été falsifiés, sans doute beaucoup plus.

Photos-1-0873.jpgLe débat sur Hartz IV se poursuit... et pas tout en finesse. A la Une du tabloïd Bild Zeitung aujourd'hui, on peut lire "Pourquoi les migrants touchent-ils Hartz IV plus fréquemment que les Allemands?" Un titre tout ce qu'il y a de plus traditionnel pour Bild : tout dans la provocation. Mais Bild n'est pas le seul journal à se poser la question. L'hebdomadaire Die Zeit a mis la main sur une étude récente du ministère allemand du travail, qui montre que 28% des bénéficiaires des allocations Hartz IV ont des "racines étrangères", alors que les migrants représentent seulement 19% de la population allemande.

S'il y a a priori peu de chance que le débat sur l'assurance chômage dérape sur le racisme, les représentants les plus rigides de la démocratie chrétienne (CDU-CSU) et surtout les libéraux du FDP (ah, ce Guido Westerwelle, il est infatigable et tellement attachant) s'en donnent à coeur joie pour fustiger les mauvais citoyens qui profitent des allocations.

La campagne électorale dans le NRW (pour renouveler le parlement de Düsseldorf) n'est pas étrangère à cette virulence. Le FDP, en chute libre dans les sondages, a peur de perdre sa place dans la toute récente coalition gouvernementale. En cas de déroute des libéraux dans le NRW, Angela Merkel pourrait préférer une alliance avec les Verts allemands (Bündnis 90 - Die Grünen).  Du coup, on a le droit à tous les poncifs du genre sur le chômeur fainéant. Les "Job-Center" sont critiqués pour s'être montrés trop coulants. Selon la droite allemande, ils devraient faire appliquer plus strictement les réductions d'allocations en cas de refus d'une offre d'emploi (30% de baisse pendant trois mois au premier refus, 60% au second...).

Publié dans From Cologne with news

Commenter cet article