Docteur Joschka et Mister Fischer

Publié le par Sébastien Martineau

Bild-089.JPGVu récemment au cinéma, ce documentaire passionnant : « Joschka und Herr Fischer », avec comme figure centrale l'ancien ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer. Sans doute l'un des hommes politiques allemands les plus connus à l'étranger et aussi l'une des personnalités les plus populaires en Allemagne. D'où les regrets de certains suite à sa décision de mettre un terme à sa vie politique (ce qui fait un joli parallèle avec un certain Lionel Jospin, qui fait une apparition sympathique dans « Le nom des gens », dont on voit aussi l'affiche ici).

« Joschka und Herr Fischer » nous fait voyager à travers soixante ans de l'histoire de l'Allemagne. Fischer raconte les années 50, sa famille qui a fui la Hongrie, son enfance dans un pays dévasté par la guerre, et les gens qui évitent à tout prix de parler des atrocités du nazisme. Le travail de mémoire viendra plus tard. Joschka, lui, quitte l'école sans passer son Abitur, s'engage très tôt, est partie prenante du mouvement de révolte étudiant à Francfort, à la fin des années 1960. Il rencontre Cohn-Bendit, fraîchement expulsé de France. Et puis c'est l'émergence du terrorisme d'extrême-gauche, les actions sanglantes de la R.A.F. C'en est trop pour lui, il prend ses distances avec les milieux contestataires, devient chauffeur de taxi.

Finalement, l'entrée chez die Grünen, l'élection au Bundestag, puis au parlement régional à Francfort. Il apprend le travail quotidien du politique, prend pas mal de claques. Il est bouleversé par la guerre dans les Balkans. Il entre finalement au gouvernement fédéral, en tant que ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Schröder. C'est ce gouvernement qui décide d'envoyer, pour la première fois depuis la guerre, des soldats allemands à l'étranger, au Kosovo. Une décision extrêmement impopulaire. Fischer doit faire face à des attaques très violentes à l'intérieur même de son parti. Mais il est convaincu du bien-fondé de cette intervention. Pas comme pour l'Irak et il le dira publiquement.

Voilà, je me suis déjà attardé suffisamment. J'espère que ce film sortira en France, c'est le genre de documentaires qui vous reconcilie avec la politique, au moins le temps d'une journée. Même si je suspecte le réalisateur d'avoir manqué un petit peu de sens critique justement, et de nous présenter un personnage un chouilla trop sympa.

Publié dans Coup de cœur

Commenter cet article

Cha 20/07/2011 15:50


Merci pour ce commentaire. Je n'ai pas encore vu ce film, mais après ta petite séction de pub, je vais peut-être essayer de rattraper ce que j ai loupé jusqu'à maintenant...


NicolasR 18/07/2011 13:41


Ca à l'air sympa ! J'en ai pas du tout parlé ici (en même temps, ça se comprend...).
Est-ce qu'il parle de sa reconversion dans le pétrole et le gaz ?
LG


Sébastien Martineau 18/07/2011 18:32



Je crois qu'ils l'évoquent oui, vite fait à la fin.