Dis-moi qui tu expulses, je te dirai qui tu es...

Publié le par Sébastien Martineau

Tout le mois d'août loin de Cologne et qu'est-ce que j'apprends à mon retour? Il a plu non-stop pendant un mois. Ça explique les mines décolorées de mes collègues et les infiltrations d'eau dans mon appart. Le côté le plus sympa de la vie en Allemagne, finalement, c'est les vacances à l'étranger...

Mais revenons aux choses sérieuses. Que s'est-il passé en mon absence? Ou plutôt, que ne s'est-il pas passé? Le métro de Cologne a visiblement tenu le coup. Je suis passé tout à l'heure à Heumarkt, et il n'y a pas de trou béant. Enfin, juste celui du chantier habituel, un peu plus loin. Le Dom est toujours là, toujours pointu, toujours grisâtre. Le Rhin s'obstine à couler vers le nord et les Romains n'ont toujours pas repris le pouvoir à Cologne.

Pendant ce temps, à Berlin, toujours pas de remaniement. Pas même un ministre magouilleur à ce mettre sous la dent, une milliardaire manipulable, une héritière mécontente, un conseiller financier véreux, rien !  C'est vrai qu'à ce niveau-là, difficile de concurrencer Paris. Alors, pour faire bonne figure tout de même, on cherche du côté de l'immigration. On trouve un certain Sarrazin - ça ne s'invente pas - membre du directoire de la Buba (la Bundesbank), social-démocrate moustachu à tendance islamophobe. Dans un livre, il écrit : "Je ne veux pas que mes petits-enfants et arrière-petits-enfants vivent dans un pays à majorité musulmane." Visiblement, ça choque beaucoup les journalistes, mais beaucoup moins les Allemands.

Quoi qu'il en soit, Herr Sarrazin a démissionné cette semaine. Et ce mini-scandale n'a pas fait oublier les exploits de notre super-gouvernement viril et musclé et la mission héroïque du tandem Besson-Lellouche à Bucarest, pour dire, en substance, "vos manouches, vous les gardez". Grâce à la formule magique "réforme des retraites-expulsions des Roms", la France renforce son image de pays fainéant (là, ça mérite discussion) et raciste (là, moins du coup). On ne va pas pouvoir éternellement se dédouaner en disant qu'on est les héritiers des Lumières.

A part ça, la Bundesliga a repris. Schalke est dans les choux et ça, ça fait bien plaisir. D'autant que Cologne a gagné cet après-midi 1-0 contre le promu St. Pauli. Mais je n'étais pas au stade, non, j'ai enfin pris le temps d'aller visiter le très recommandable Museum Ludwig, qui consacre en ce moment une exposition à Roy Lichtenstein. Et ça dure jusqu'au 3 octobre, si vous avez le Pop Art qui vous démange.

Publié dans Oh! de Cologne

Commenter cet article

Cha 15/09/2010 14:58


done.


Cha 14/09/2010 12:46


oulala, oulala ;-) bon, j'en réfléchis. Pour les francais, le debat paraît bien clair: ils aiment le nucléaire, n'est-ce pas? ca serait donc un vrai défi. et ca serait quoi, la ligne éditorale?


Sébastien Martineau 14/09/2010 13:10



Ah c'est trop facile d'affirmer comme ça que les Français aiment le nucléaire. T'as intérêt à faire preuve d'un peu plus d'objectivité dans ton post. Mais pas trop sérieux non plus, ok?



Cha 13/09/2010 11:02


Il paraít que le soleil t'a attendu, il est revenu (au moins à Frankfurt...). Je trouve que tu as raison avec ce que tu remarques, mais après tout, c'est pas mal ce qui s'est passé pendant le
"Sommerloch"... ;-) et tu n'as même pas mentionner toutes les nouvelles en ce qui concerne l'énergie nucléaire...


Sébastien Martineau 13/09/2010 23:11



C'est vrai, pas un mot sur le nucléaire... Je sais que c'est un sujet qui te tient à coeur, donc j'ai pensé que tu pourrais être ma première invitée sur Planète NRW pour nous parler des centrales
allemandes. Qu'est-ce que t'en dis? Par contre, il faudra respecter la ligne éditoriale!