Christopher, Miroslav et Christian

Publié le par Sébastien Martineau

Papa, papa, pourquoi la dame en cuir noir elle est menottée sur un char devant tout le monde? Bonne question. Des fois, je me dis que c'est pratique de pas avoir de gosse quand on tombe - par hasard bien sûr - sur le défilé du Christopher Street Day, a.k.a. CSD, la Gay Pride made in Cologne. Ça évite d'avoir à expliquer le pourquoi et le comment des gens en costume de chien en latex, des vieilles dames masochistes dans des cages et des messieurs avec pour seul vêtement un pompon blanc à la place de la feuille de vigne.

Mais, bon, à part ça, le CSD, c'est assez drôle. C'est coloré, animé. Et puis, on y croise les partis politiques. Les Verts, les sociaux-démocrates, les libéraux (qui distribuent des autocollants jaunes "je te veux!"), et même la très conservatrice CDU. C'est pour dire que c'était the place to be aujourd'hui à Cologne. Cologne qui, pour ceux qui l'ignoreraient, a la réputation d'être la capitale allemande des gays (et lesbiennes, trans, bi... j'imagine). J'ai été un peu déçu quand même de pas apercevoir le NPD ou Pro-Köln. Faut croire qu'être néofasciste ou même simplement raciste qui ne s'assume pas (ça c'est pour Pro-Köln) et avoir un char pour la CSD, c'est incompatible. Bizarre.

Sinon, pour avoir vécu la Gay Pride de Rome, j'ai trouvé celle-ci un peu moins conviviale. Disons que, ça consiste principalement à regarder passer des chars avec des gens habillés étrangement dessus, ce qui rappelle beaucoup le carnaval. Alors qu'à Rome, c'était beaucoup plus participatif. On pouvait se mêler au cortège et pas seulement s'étonner du nombre impressionnant d'associations gays (trans, lesbiennes...) en NRW.

 

Miroslav

Mais revenons aux choses sérieuses et donc à la journée d'hier. Samedi après-midi, à Bonn, sous une pluie à décorner... à décorner qui? J'allais balancer le nom d'une ancienne première dame de France. Mais elle m'a rien fait. Du coup, je continue. La pluie donc, battante. Et le "Public Viewing" du match Argentine-Allemagne, sur le site du festival Rheinkultur (où, entre parenthèses, j'ai passé plus de temps devant des matchs qu'à écouter des groupes). C'est juste à côté de mon boulot, comme ça je suis pas dépaysé. Des milliers, que dis-je, des dizaines de milliers d'Allemands, trempés jusqu'à l'os, vibrant comme un seul Allemand devant l'écran géant. Et 1 but à zéro pour Deutschland à mon arrivée, peu avant la mi-temps.

Moi, normal, je commence à encourager tranquillou les Argentins. Le petit Lionel, je l'aime bien, mais on dirait que le bleu et le blanc, ça lui réussit pas beaucoup. Les Argentins mettent un peu la pression pendant quelques minutes. Mais patatra, 2-0, but de Miroslav, qu'on disait trop vieux. Ça prend l'eau chez les Sud-Américains. Moi je suis planqué sous un parapluie d'emprunt, que je tiens par la poignée en plastique, parce qu'il y a du tonnerre, et que je me dis que, si je touche pas le métal, je vais pas mourir un 3 juillet.

Bon, sur l'écran, y a maintenant 3-0. La foule est Zuper contente et Zuper mouillée, avec un Z comme dans Zuper-Deutschland !!! (en fait Super-Deutschland, mais le S se prononce Z), la nouvelle expression à la mode. Ça se chante assez bien, aussi.

La foule est contente, je disais. Et puis, j'avoue que cette foule, je me l'explique pas bien, mais je la trouve sympathique. Pas trop alcoolisée, pas trop prétentieuse, plutôt joviale et joyeuse. Même quand Miroslav, encore lui, met le but du 4-0. Et du coup, je finis par être content pour Deutschland. Et c'est pas mal non plus. Mais bon, avec un peu de chance, ils font leurs valises mercredi. On croise les doigts.

 

Christian

Comment ça, quel Christian? Bah le nouveau président fédéral allemand, élu difficilement mercredi, au troisième tour de scrutin. Christian Wulff, 51 ans. Conservateur. Assez le genre gendre idéal, à en croire ma chef. Mais bon, visiblement, il fait pas rêver les Allemands, même pas les potes d'Angela, qui ont un peu trainé les pieds pour l'élire.

Je vous avais parlé de la démission d'Horst. Et bien, pour lui succéder, il y avait quatre candidats : Christian, qu'on ne présente plus depuis deux lignes, Joachim Gauck, de vingt ans son ainé, ancien militant des droits civiques en ex-RDA, très populaire, assez conservateur et pourtant présenté comme candidat par le SPD et les Verts (pour casser les noix à Angela, c'est assez réussi d'ailleurs), Luc Jochimsen (c'est une femme, je crois, en fait elle s'appelle Lukrezia), soutenue par Die Linke. Parce que les gauchistes, ils aiment pas trop Gauck, qui a révélé plein de choses sur la Stasi quand il était responsable des archives... de la Stasi. Et que chez Die Linke, des anciens de la Stasi, bah y en a quelques-uns.

Et puis, y avait paraît-il un quatrième candidat, Frank Rennicke (lui, je le mets pas en gras), soutenu par des gens très fréquentables dont je parlais tout à l'heure, qui n'avaient pas de char pour la CSD. Pas les racistes qui s'assument pas, non, les autres, ceux qui aiment marcher au pas.

Enfin, ces histoires de système électoral en Allemagne, c'est rigolo mais c'est pas flamboyant d'efficacité. Prenez les élections en NRW. Le SPD et les Verts ratent la majorité à un siège près. Ils négocient avec les uns, avec les autres, re avec les premiers, puis avec d'autres encore, on arrête, on reprend.... Finalement, entre les élections le 9 mai et le 17 juin, rien. Le SPD et les Verts décident de rester minoritaires. Et après on nous dira qu'en Allemagne, on sait négocier. Hum...

Dans un autre genre, l'élection de Christian. Angela, chahutée au niveau national, décide de faire de cette élection un test de confiance, alors que normalement, le président allemand est censé être au-dessus, et donc en-dehors, du jeu politique. Tintin. Elle propose un pur politique, un baron de la CDU, qui risquait de lui faire de l'ombre un jour ou l'autre. Du coup, comme il est élu au troisième tour, elle perd encore plus en crédibilité, parce qu'elle n'a pas su tenir sa majorité.

Heureusement que Deutschland a gagné hier 4-0 et qu'Angela était dans les tribunes. Ça au moins, ça pourrait la remettre en selle. Super Deutschland, Super Deutschland, Super Deutschland, Super Deutschland !!!

Publié dans Oh! de Cologne

Commenter cet article

Cha 05/08/2010 14:29


Wow, je le croyait pas possible: Toi - content avec et pour les Allemands. Tu l'as rêvé, tu te souviens mal, ca peut pas être vrai... :-P
moi je regardais le match à l'aeroport d'Athènes et donc, les Allemands ont gagné, ma théorie était fausse, Paul a eu raison.
si tu veux avoir plus de contact avec les "LGBT", peut-être tu auras succès à Mykonos?! ;-)


powi 04/07/2010 21:44


pour éviter les "gays (trans, lesbiennes,...)" et petit points de suspensions, t'as qu'à mettre tout de suite LGBT la prochaine fois ;).

Et ton, "revenons aux choses sérieuses". Y en a qui trouve ça très sérieux la "marche des fiertés", comme il faut dire i paraît.
m'enfin je dis ça....j'dis rien


Sébastien Martineau 05/07/2010 12:05



Tu veux dire aussi sérieux que le foot? Non, tu peux pas vouloir dire ça... T'es une fausse Allemande!